DOUBLE V GALLERY : La cage aux fauves, exposition

— DU 15 MARS AU 21 AVRIL —
Double V Gallery – 28, rue Saint-Jacques – 6ème

La cage aux fauves
Exposition

INFO >>> L’image d’une douce carte postale contraste avec le titre tapageur, qui mêle odeurs de peinture et de bêtes sauvages. Une promesse de grand spectacle, livrant un public captif à l’exhibition d’oeuvres féroces, et des artistes en proie aux jugements de farouches visiteurs.

Ton purs ou exaltés, toiles vierges en vibration, indépendance des formes, profondeur de  » l’espace couleur « , perspective atmosphérique, nature luxuriantes et personnages nus… Harmonie des mélanges : Fauves de leurs cages enfin libérés.

Goûter à la peinture est un shoot indomptable. Une tension qui surgit et traverse le corps, de la rétine au bout des ongles. Une ligne rouge sang. Un point de non retour.
La recherche du peintre est, elle, rarement anodine.
Peindre est un exercice solitaire, qui se pratique souvent en groupe. Comme nos grands Fauves du début du siècle dernier : Derain & Matisse suivis par Marquet, Manguin et Camoin, qui prenaient d’assaut le midi pour en faire leurs ateliers.

Plus d’un an après l’ouverture de la galerie, le temps est venu d’y présenter une exposition exclusivement dédiée à la peinture. Fidèle à ses racines méditerranéennes, addicte à la lumière et la couleur, c’est tout naturellement que Double V invite une nouvelle 6 artistes au croisement des générations à revisiter l’héritage de ces Fauves, sans pour autant les pasticher.

L’art est un aller-venu dans l’espace temps chez Coraline de Chiara, qui réinvesti les territoires perdus de l’Histoire pour mieux raconter celle de son époque, entre collage, peinture et superposition d’images.
La peinture d’ Eliott Green semble être en mouvement continu pour dépasser l’appréhension du regardeur et saisir son imagination à travers des paysages infinis, ou plutôt, des paysages de l’esprit, à la fois doux et puissants.
C’est un récit mystérieux chez Florent Groc, dont la pratique picturale nous fait dépasser le sentiment contemplatif pour aborder chaque paysage, chaque composition, comme une énigme à résoudre.
L’art est une décharge de couleurs immersives et faussement naïves chez Alexandre Benjamin Navet, qui replace ses collections de céramiques imaginaires dans des mises en scènes théâtrales.
C’est un vaste spectre d’expérimentation pour Johan Papaconstantino qui, de la peinture à la musique, convoque les maîtres en mixant les références : des codes de la Renaissance à ceux d’une culture radicalement populaire.
La peinture est un tendre piège chez Ludovilk Myers « ILK », imprégné de courants alternatifs qui font évoluer ses formes bombées et ses couleurs frappantes vers des univers sombres et captivants.

Ici les pratiques et les parcours se croisent. Chaque plasticien a son écriture aux signes particuliers. Les oeuvres présentées sont toutes créées pour l’occasion, et proposent différents horizons possibles à partir de références communes : celles des territoires et des thèmes de prédilections d’un groupe de jeunes peintres qui provoquèrent le premier choc artistique du XXe siècle.

Il s’agit de jouer avec eux, pour nous emmener vers une peinture excitante, insouciante, affirmant la vie. Et ce afin de renouer avec un genre de peinture dont on a annoncé depuis longtemps la fin. Avec des coups de brosse sauvages, des oeuvres en parties expressives, en parties figuratives, en partie grandioses, détaillées, abstraites, pleines de citations et de références à l’histoire de l’art, ou à des sentiments plus intimes : pour que la joie réapparaisse à la surface du tableau.

HORAIRE >>> Du mardi au samedi 11:00 / 19:00

TARIF >>> Accès libre






Retour en haut de la page