LE MOULIN : Carpenter Brut


Dimanche 4 novembre
Le Moulin

Carpenter Brut

Carpenter Brut revient avec un nouvel album « Leather Teeth » pour le plus grand plaisir du public marseillais.

C’est l’histoire de Bret Halford, étudiant en sciences introverti. Il aime une fille qui ne l’aime pas et lui préfère le quarterback star. Bret enrage, tente de créer un breuvage afin de toutes les contrôler, se retrouve défiguré, et décide donc de devenir une rock star. La Fille, les filles, il les séduira ainsi. En devenant Leather Teeth, chanteur de Leather Patrol. C’est l’histoire de Carpenter Brut, artiste synthwave, darksynth, peu importe le flacon après tout. Il est l’auteur de Trilogy en 2015, est apparu sur les bandes originales de Hotline Miami 2 et The Crew, et aujourd’hui, signe Leather Teeth. Un album court. Sec. Un “délire, comme sur les bons vieux albums de métal, Master Of Puppets en premier. 32 minutes de son, huit titres. Les gens peuvent le mettre en boucle si c’est trop court”. C’est l’histoire d’une époque. Celle des permanentes, des bracelets cloutés, de la décadence la plus totale. Celle de Quiet Riot, de Mötley Crüe, de Van Halen aussi. “Quand j’étais jeune, je ne voulais pas en entendre parler, mais cette fois-ci, je savais que je voulais un truc un peu plus rock glam”. Le personnage de Leather Teeth s’appelle d’ailleurs Bret Halford, mélange de Bret Michaels de Poison et Rob Halford de Judas Priest. Au final, c’est l’histoire d’une bande originale. Celle d’un film imaginaire sorti en 1987, d’une cheerleader (le morceau “Cheerleader Effect”), d’un regard échangé au détour d’un “Sunday Lunch” qui se transforme en “Monday Hunt”. Un coming of age ultra dark, un film d’horreur entre Street Trash, Brain Dead, The Thing, et House, qui serait le début d’une trilogie à la fois colorée (le rose fait d’ailleurs, sur la pochette, son apparition dans l’univers Carpenter Brut) et profondément malsaine (“le deuxième film, il commence à tuer des filles”). L’acte de naissance d’une bête (“Beware The Beast”). Une vraie bande originale, un faux film, qui bénéficie tout de même d’un casting rêvé : “de beat en blanc, je dirais Channing Tatum en quarterback, William Lustig, le réalisateur de Maniac Cop, et de Maniac, derrière la caméra, et le mec de Stranger Things saison 2, Dacre Montgomery, dans le rôle du héros”. C’est, en somme, l’histoire de Leather Teeth, le nouveau Carpenter Brut. Une histoire bientôt contée aux quatre coins du monde : à l’Olympia (Paris) le 24 mars, Koko (Londres) la veille, au festival californien Coachella, au Hellfest (Clisson), au festival Beauregard, près de Caen, sans oublier l’Allemagne, le Canada, la Finlande… Une histoire comme celle que nous échangions au coin du feu, qui se partage. Une histoire de filles, de mort et de synthétiseurs crades.

GOST
S’élevant des profondeurs du monde souterrain, le mystérieux producteur connu sous le nom de GosT incarne le caractère de Baalberith, un prince de l’enfer, sur son projet solo de synthwave propulsive. Canaliser les occultes, films de slasher des années 80, et John Carpenter, GosT occupe l’espace parmi les sons musclés électro-house de la justice, la l’éclat rythmique de Perturbator, et l’influence industrielle et noire d’Anaal Nathrakh. Il a été inspiré par la théâtralité de Kiss; les battements de M | A | R | R | S; la sombre beauté de Depeche Mode, The Cure, et The Smiths; et pop comme Duran Duran, Michael Jackson et Madonna. Il a commencé à jouer dans le métal bandes à l’adolescence, finissant par dériver vers barbotage électronique en 1998, qui deviendra plus tard le fondation de son son unique et puissant. Même sans guitares, GosT a acquis une base de fans sans cesse croissante au sein de la communauté rock, avec des progressions musicales, atmosphères envoûtantes, et une esthétique satanique plumé directement à partir des coins les plus noirs du monde du métal. Bien que son travail électronique initial ait été réalisé sous le nom de Nightrunner, GosT est vraiment né en 2013. Après l’émission de trois EP de départ (Radio Macabre, The Night Prowler, et Nocturnal Shift), GosT élargi à la longs albums courts Skull et GosT. Il a sorti son premier album acclamé par la critique, Behemoth, en 2015, rapidement suite à l’album de Non Paradisi en 2016, qui a été un énorme succès, inspiré par la chute de Lucifer Le paradis de Milton perdu.

HORAIRE >>> 19:30

TARIF >>> 24€ à 26€






Retour en haut de la page