COUPE DU MONDE DE PLANCHE A VOILE


📆 Du 17 au 22 avril    ⏰ Horaires variables     🌍 Plage du Jaï
💶 Accès libre     📞 NC

— Coupe du monde —

Planche à voile, première étape du circuit mondial de slalom.

Windsurf, Planche à voile ? Qu’en est-il ?

Si les deux termes sont homonymes, il est d’usage d’utiliser le mot « windsurf » pour décrire la pratique actuelle de la planche à voile. La terminologie « Planche à voile » est traditionnellement utilisée pour décrire le support utilisé pour les jeux Olympiques (monotypie, la planche à dérive Neil Pryde RSX©), dont l’encadrement est géré par la World Sailing (International, Sailing Association). Sport olympique, la RSX est principalement pratiquée dans les clubs. Les pratiquants amateurs, pratiquent le windsurf, planche sans dérive, qui se décline en plusieurs disciplines : vagues, freestyle, slalom.

Une coupe du monde organisée par la PWA

Depuis 1991, la PWA (Professional Windsurfing Association) organise la coupe du monde de windsurf. Elle comprend 3 disciplines, (vagues, freestyle, slalom) et se déroule aux quatre coins de la planète, en fonction des besoins de chaque discipline. Sur les neuf étapes de la coupe du monde 2019, sept sont dédiées au Slalom. Les étapes de coupe du monde organisées en France sont rares. Les dernières ont eu lieu en Bretagne à La Torche en 2016 (vagues et slalom) et en Nouvelle Calédonie en 2017 (slalom).

Le slalom, la discipline la plus rapide

Le slalom, est une discipline rapide et spectaculaire, particulièrement adaptée au plan d’eau du Jai. Elle requiert un vent établi et un plan d’eau plat à agité. Les windsurfers s’affrontent sur de petites planches à haute vitesse sur un parcours ‘downwind’ (soit au largue, l’allure nautique la plus rapide).

Chaque manche de slalom se déroule par élimination s successives. Les compétiteurs s’élancent par poules de huit et doivent parcourir le plus rapidement possible un parcours composé de quatre bouées espacées de 300 mètres.

Très spectaculaires et décisifs, les départs comme les passages de bouées donnent lieu à de solides empoignades.
Les quatre premiers de chaque poule sont qualifiés pour le tour suivant, jusqu’à ce qu’il ne reste en finale que les huit plus rapides. Le vainqueur remporte la manche, mais cela ne suffit pas à remporter l’épreuve. C’est le compétiteur comptabilisant le meilleur classement à l’issue de toutes les manches courues qui l’emporte.

Lorsque les conditions de vent le permettent, jusqu’à trois manches par jour peuvent être courues, chaque manche étant composée de 16 courses d’environ quatre minutes.

La coupe du monde en chiffres

Plus de 100 compétiteurs (64 hommes & 32 femmes)
6 jours de courses
25 nations représentées
60 bénévoles et salariés du CNM






Retour en haut de la page